Obésité infantile en baisse dans les villes Epode


Mis en place depuis 2004, le programme EPODE a pour objectif d'aider les familles à modifier en profondeur et durablement leur mode de vie. D'après les derniers résultats, force est de constater que ça marche : une baisse de plus de 9 % dans la prévalence du surpoids et de l'obésité des enfants de 5 à 12 ans a été enregistrée dans les villes EPODE !

Alors que le nombre d'enfants en surpoids et obèses a tendance à rester stable à l'échelle nationale (contrairement aux adultes, qui eux, sont de plus en plus touchés), le succès rencontré par le programme EPODE conforte son bien-fondé.

En 2005, 20,55 % des enfants de 5 à 12 ans des villes EPODE ® étaient en surpoids ou obèses. En 2009, ils ne sont plus que 18,83 %, soit une baisse de 9 % ! Par ailleurs, le communiqué de presse précise “que les villes pilotes EPODE ® enregistrent une baisse sensible et très significative de 13 % dans les zones non ZEP et une stabilisation (-2 %) dans les zones ZEP en moyenne“.

EPODE, pour “ensemble prévenons l'obésité des enfants“, est un programme qui a été lancé en janvier 2004 dans 10 villes pilotes françaises, et qui compte à ce jour 226 communes.

Son objectif est d'aider les familles à modifier en profondeur et durablement leur mode de vie en développant, grâce à la mobilisation de l'ensemble des acteurs locaux à l'échelle de la ville, une offre de proximité conforme aux recommandations du PNNS. Il s'agit de proposer aux enfants de Paris, Sorgues, Royan ou Arras une alimentation variée alliée à une activité physique épanouissante. Tous les ans, les 24 000 enfants concernés sont pesés et mesurés.

Les responsables du programme mettent en avant la pluralité des pistes envisagées (engagement politique, mobilisation des acteurs locaux, participation active d'experts) pour expliquer un tel succès.

Pour ce qui est de l'avenir, les responsables témoignent de leur volonté de “continuer ses actions de prévention sur le long terme (...) et développer des actions autour de 3 axes prioritaires :

- Intensifier la prévention précoce de l'obésité notamment à destination de la petite enfance et des femmes enceintes ;

- Renforcer les actions mises en place à destination des populations les moins favorisées ;

- Accentuer les actions de prévention autour de l'activité physique, pendant indispensable dans la prévention de l'obésité infantile au côté de l'offre alimentaire.“

Autre programme majeur en matière de promotion d'une alimentation variée et équilibrée, le fameux PNNS, dont le deuxième volet (2006-2010) vient de prendre fin. Même si les résultats sont moins spectaculaires, ils soulignent l'intérêt des campagnes de prévention. Même si l'hygiène de vie ne peut pas, à elle seule, tout résoudre, ne serait-ce que parce que le capital génétique de chacun, et donc sa susceptibilité à stocker des graisses et à grossir, est différent...

Emeline Dufour

Source : Communiqué de presse d'EPODE, mai 2010.

Ecrit par:

La rédaction de Doctissimo

Créé le 26 mai 2010